Langues

Pourquoi une plateforme suisse ?

En Suisse et partout dans le monde, de nombreux parents se disputent régulièrement à propos du droit de garde et de visite de leurs enfants. Plusieurs dizaines d’enfants sont « enlevés » chaque année depuis la Suisse vers l’étranger ou vice versa. Un tel acte est souvent la conséquence d’un conflit parental non résolu, et l’enlèvement est généralement perpétré par l’un des parents.

Souvent, les parents se sentent abandonnés, ils ont l’impression que l’on ne comprend pas entièrement leurs préoccupations et qu’ils ne sont pas toujours conseillés de manière adéquate. Plus la procédure leur semble longue et vaine, plus ils font appel à d’autres instances dans l’espoir d’obtenir une aide plus rapide et efficace : police, autorités de protection de l’enfant et offices des mineurs, avocats, services de consultations, autorité centrale, personnalités politiques ou encore les médias sont mobilisés. Il peut arriver que les parents, animés par le désir d’atteindre leur but et de faire respecter leurs droits, perdent de vue d’autres aspects essentiels, comme p. ex. un contact régulier avec leurs enfants.

Les professionnels sont eux aussi confrontés à des défis supplémentaires dans des situations de conflits familiaux transnationaux. Problèmes de langue, valeurs culturelles différentes, mécanismes de résolution du conflit inhabituels, application du droit international ou étranger, une grande distance géographique qui empêche la mise en place de solutions jusqu’alors courantes – tels sont les facteurs qu’il faut prendre en compte.

Un projet coordonné au niveau international

Dans ce contexte, il nous semble donc judicieux de créer une plateforme dans chaque pays, un lieu qui informe familles et professionnels sur tous les aspects des conflits familiaux transnationaux et qui élabore avec eux des solutions possibles. Une telle démarche correspond par ailleurs à une recommandation de la Conférence de La Haye, adressée aux pays membres dans le cadre du « Processus de Malte ».

Dans plusieurs pays, cette mission est assurée par l’autorité centrale en matière d'enlèvement international d'enfants ; en Allemagne, la branche allemande du Service Social International a été chargée de cette fonction par le gouvernement et a mis en place une nouvelle plateforme consacrée à ce sujet épineux : www.zank.de

En avril 2012, après différents échanges avec son partenaire allemand, la Fondation suisse du Service Social International a aussi décidé de regrouper tous ses services déjà existants dans ce domaine et de les rendre  accessibles dans un site internet. C’est ainsi que la plateforme Internet www.conflits-familiaux.ch a été créée.