Langues

Les enfants face au conflit

De nombreux couples, mariés ou non, se séparent chaque année. Souvent, des enfants sont concernés par une telle décision. Une séparation change non seulement la vie des parents, elle bouleverse également les habitudes des enfants, qui sont obligés de déménager ou subissent le départ de l’un des parents. Une séparation déclenche souvent une crise ou pour le moins un sentiment d’incertitude. Il est dans l’intérêt des enfants que les parents trouvent au plus vite un accord raisonnable relatif à la garde et à l’éducation de leurs enfants, afin de permettre à ces derniers d’entretenir des relations sereines et étroites avec leurs deux parents.

Dans la réalité, les choses sont souvent moins simples. Il est fréquent qu’après une séparation les parents entreprennent des démarches et réagissent contrairement à leur désir de garantir le bien-être de leurs enfants. Dans l’incapacité à faire la distinction entre le plan parental et le plan relationnel, ils ne réussissent souvent pas à s’entendre sur les intérêts des enfants. Ainsi, ils

  • empêchent le contact avec l’autre parent,
  • se disputent et s‘insultent,
  • saisissent le tribunal,
  • se menacent mutuellement, cherchent à intimider et à contrôler l’autre parent,     
  • sont agressifs, voire violents.

Les enfants se retrouvent souvent démunis devant de tels comportements, dont les effets peuvent être désastreux. Problèmes psychiques, troubles du comportement, difficultés à l’école - pour ne citer que quelques-uns des problèmes rencontrés. Plus un conflit perdure, plus grand est le risque que la séparation des parents menace durablement le bon développement des enfants, avec des effets persistant parfois à l’âge adulte.

Ce que les parents peuvent faire

Les parents peuvent tenir compte des besoins et intérêts de leurs enfants en demandant conseil et assistance à des professionnels. Une telle démarche peut les aider à :

  • prendre conscience que les enfants continuent à aimer les deux parents, malgré le conflit parental,
  • différencier la relation affective du rôle parental ,
  • laisser l’enfant en dehors de leurs conflits (et à éviter p.ex. de lui confier des messages pour l’autre parent),
  • encourager le contact de l’enfant avec l’autre parent et à lui faire comprendre qu’il ne doit pas avoir mauvaise conscience pour cela,
  • ne pas demander à leurs enfants de prendre parti,     
  • faire comprendre aux enfants qu’ils ne doivent pas se sentir responsables des besoins de leurs parents.

En un mot: à continuer d’être une référence fiable pour leurs enfants.